Les anti-tout font feu de tout bois cet été !

Chasses traditionnelles : mobilisation générale !

Nouvelle version des arrêtés cadres

Comme vous le savez certainement, les règles de la pratique des chasses traditionnelles sont établies dans un arrêté ministériel. Jusqu’ici, c’est une version de 1989 qui était d’application. Suite aux récentes attaques, une réécriture a été entreprise pour renforcer quelques points qui faisaient l’objet de litige ou de doute sur le bien fondé des pratiques. Ces arrêtés ont été étudiés en CNCFS mais seulement 3 chasses traditionnelles sur les 5 étaient inscrites à l’ordre du jour par le Ministère. A donc débuté la consultation publique pour la chasse de l’alouette au moyen de pentes et matoles et pour la tenderie aux vanneaux. Les chasses traditionnelles de la grive, la tenderie ardennaise et la glu du Sud-Est, sont les grandes absentes regrettables des discussions actuelles.

Le combat continue pour la FDC 08

La Fédération Départementale des Chasseurs des Ardennes regrette évidemment cette situation et poursuivra ses efforts avec son Service Technique et ses interlocuteurs politiques locaux et nationaux pour rétablir et pérenniser la pratique de ces modes de chasse identitaires et patrimoniaux des Ardennes. Tous les chasseurs ont également leur rôle à jouer individuellement ! Nous avons envoyé quelques 6500 emails et 7500 SMS la semaine dernière pour inviter les chasseurs à se mobiliser pour participer à la consultation publique des différents arrêtés. Nous comptons sur votre participation sans faille.

          Déposez un avis favorable pour chaque consultation :

Les chasseurs sont les premiers concernés et ne pourront plus acquérir d’arme, à partir du 8 février 2022, sans avoir créé un compte personnel dans le SIA.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Est-ce qu’il reste un chasseur qui continue de penser que tout ira bien pour lui sans rien faire ?

Alors que la faune et la flore landaise fument encore subissant les conséquences d’une farouche opposition des écologistes pour l’élargissement des pare-feu l’année dernière, les attaques sur notre culture rurale se multiplient au-delà de l’horizon cynégétique. Nous ne sommes pas les seuls et loin de là l’idée de vous rassurer… Alors pour les derniers qui se pensent à l’abri pour des générations, voici quelques brèves récentes montrant l’hostilité généralisée que notre culture rurale subi :

La régulation du grand cormoran ne sera plus possible sur les eaux libres.

Le 25 juillet, l’arrêté ministériel triennal fixant les plafonds départementaux de destruction des grands cormorans a été soumis à la consultation du public. Cette nouvelle version ne prévoit que des tirs pour les piscicultures et ZÉRO quota pour pouvoir réguler les oiseaux sur tous nos lacs, plans d’eau et rivières ! En effet, selon la secrétaire d’État chargée de l’Écologie (dans un courrier adressé à la FNPF) « les justifications nécessaires à l’octroi des dérogations préfectorales ne sont pas suffisantes… » et « L’impact du grand cormoran sur ces espèces (ndlr : les espèces de poissons) et leur conservation n’est pas démontré ».

  • Pour déposer un avis défavorable :
  • Pour inviter la Secrétaire d’Etat Bérengère Couillard à faire un tour en barque sur la Meuse ou sur l’Aisne : 01 40 81 21 22 du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h30

Le Conseil d’Etat donne raison aux végans : le « steak végétal » et les « lardons de soja » continueront à s’appeler « steak » et « lardons ». 

Un décret gouvernemental du 29 juin et devant rentrer en application le 1er octobre 2022 visait à réserver les termes des produits carnés du type « steak » ou « lardons » aux produits à base de viande. Aussitôt sorti, ce décret a été attaqué en référé suspension devant le Conseil d’Etat par les industriels des protéines végétales (dont Herta d’ailleurs). Le 27 juillet, la haute institution a donné raison au lobby végétarien en suspendant d’urgence l’application de la mesure jugeant « que son entrée en vigueur le 1er octobre prochain ne leur laissait pas suffisamment de temps pour réorganiser leurs activités ». La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), c’est-à-dire un service de l’Etat, avait pourtant contesté l’urgence à suspendre, estimant que la promulgation d’une loi sur le sujet en 2020 leur avait permis au contraire de prendre largement leurs dispositions.

  • Pour inviter le Vice-Président du Conseil d’Etat à déguster une salade au lard avec des lardons à base de salade et voir s’il trouve encore opportun d’appeler ça des lardons : 01 40 20 87 50 du lundi au vendredi, de 9h à 12h30 et de 13h30 à 15h30, demandez M. Didier-Roland Tabuteau.

© 2022 FDC08 – Tous droits réservés

Newsletter

© 2021 FDC08 – Tous droits réservés

Newsletter